petite_famille1petite_famille2petite_famille3

 

 

 

 


 

1/3 Pépé. Tome 1 - ISBN - 2-914203-69-1 - Première édition 09/2004. (Sur cette première édition, une partie du tirage est avec les seuls noms de Dauvillier/lizano, 600 exemplaires ont été reliés ensuite avec le rajout du nom de Jean-Jacques Rouger, le coloriste). Troisième édition 09/2006. Rupture éditeur.

2/3 Biquet. Tome 2 - ISBN - 2-914203-92-6 - Première édition 06/2005. Rupture éditeur.
3/3 Le Grand Ours. Tome 3 - ISBN - 2-35100-189-3 - Première édition 11/2006. Rupture éditeur.
Scénario de Loïc Dauvillier.
Dessins de Marc Lizano.
Mise en couleurs de Jean-Jacques Rouger.
Éditions Tournon. Carabas.
Format 29,5x21 - 32 pages quadri - Couverture cartonnée

Présentation. En attendant une sorte d'interview de Loïc que je suis en train de concocter, je vous montre le dossier de présentation de la trilogie, alors que ce n'était qu'un projet. ça me fait vraiment drôle de savoir que cette série a été achevée, comme nous le souhaitions, en trois tomes et avec ce que nous souhaitions y mettre…

carabas_famille_dossier1carabas_famille_dossier2carabas_famille_dossier3carabas_famille_dossier4

Chroniques & articles
•Un très bel album tout simple et qui vous touche énormément, et vous rappelle obligatoirement, pour peu que vous ayez eu la chance de connaître vos grands parents, une part de votre enfance. Une vraie madeleine quoi, voila la BD que nous propose un tout jeune scénariste, Loic Dauvillier, dont c'est le premier album, mais un scénariste dont on parlera beaucoup dans quelques temps croyez moi !! C'est l'histoire de deux enfants qui se retrouvent en vacances chez leur pépé et leur mémé. Pour ce qui est de la mémé, pas de problème: elle est sympa,  rigolote et elle sent bon les gâteaux ! mais pour ce qui est de pépé, c'est une autre histoire. Il est vraiment pas rigolo et pas franchement sympa ! Voila des vacances qui ne vont pas être très agréables, sauf qu'aujour d'hui pépé a décidé d'amener ses petits enfants à la pêche, et cette simple partie de pêche va se transformer en une aventure extraordinaire. Marc Lizano, le génial auteur de "Bluette sur mer", du merveilleux "Louise" et de plein d'autres trucs bien sur, illustre de main de maître cette histoire toute en douceur, toute en rondeurs. Cette BD c'est du chamalow. Une BD pour les grands qui veulent lire de belles histoires à leurs enfants avant de les coucher le soir. David Fournol. Librairie Oscar Hibou.
•Voilà une belle BD pour les enfants qui joue à fond sur la nostalgie des vacances chez les grands-parents, du temps où l’on était gamin. On pense bien sûr au «Petit Nicolas» ou au «Jojo» d ‘André Geerts mais le dessin hors normes et les couleurs un peu pastels de Marc Lizano rendent d’emblée le propos original, d’autant plus que Loïc Dauvillier (habituellement responsable des éditions Charrette) se révèle un habile conteur doté d'une narration fluide et efficace. Bref, l’album est une bonne surprise et permet à la collection «Crocodile» des éditions Carabas de se placer sur le terrain de la BD pour les petits qui ne prend pas ses lecteurs pour des idiots (un peu comme ce que fait Delcourt avec son département jeunesse). Il ne reste plus qu’à espérer que ce charmant opus ne se perde pas dans la masse inconséquente des parutions BD de ces derniers mois ! gilles ratier. bdzoom. www.bdzoom.fr
•Voici Pépé, le premier tome de La petite famille de Loïc Dauvillier et Marc Lizano. J'entame une disgression pour bien comprendre...  En effet je viens aussi de voir en DVD un bon film, dont le contenu est assez infame, The Audition de Takashi Mike, et bien que ce film venge la femme japonaise de ses années de soumission, il n'en présente pas moins une scène de torture particulièrement horrible. Bref après un tel film, quoi de mieux que la lecture de ce Pépé où l'on aura de cesse de se vautrer dans une régression nostalgique sur ses vacances, quand on était gamin, avec ses grand-parents. C'est avant tout une BD pour enfants, que ce soit par le traitement du scénario de Loïc Dauvillier ou par les dessins de Marc Lizano, dont les couleurs un peu pastels, rappellent des cahiers de dessins d'enfants.  En tout cas, c'est une BD très bien pour l'enfant qui sommeille au fond de chacun d'entre nous (Et voilà ! Je viens de caser ma phrase bateau de ma chronique ! Pfuu !). Matt Murdock. Bulle d'air. http://www.bulledair.com
•La petite famille est une histoire qui fleure bon. Bon d’accord, l’expression est courue. Pourtant, sans être dithyrambique, je ne peux pas faire autrement que de faire partager cette sensation de bien être étonnant que l’on ressent quand certains éléments naturels se dégagent de l’environnement stressant dans lequel nous vivons. Par exemple l’odeur de la terre chaude, en été, juste après une pluie. Ou encore, l’odeur du gazon tondu, celle des champs de lavande dans le Lot etc.. Quand j’ai eu terminé de lire cet épisode, j’ai tout simplement senti ces arômes. Le visuel et la douceur du récit ont ravivé les souvenirs et la mémoire olfactive. Ambiance Liberty, petites fleurs et vieux rose. C’est joli, frais, apaisant. La petite famille est certainement ce dont tout le monde a envie, la chaleur, le réconfort, la protection. Alors il raconte une histoire remplie de bons sentiments qui font vraiment plaisir à voir et à lire et un peu de cette émotion ne fait pas de mal. Bien que débutante, la petite famille de Lizano en est déjà une grande de la bd et Marc n’hésite pas à y accueillir les héros de Sandrine Revel de sa série « Un drôle d’ange gardien » au milieu du jeu de cartes. Le dessin est très mignon, doux avec des traits arrondis, des expressions bonhommes et touchantes. Et puis il y a un gag que le Pépé vit au pas de course et que j’ai vécu aussi ..(page 20) et là, y’a pas photo, ça ne s’invente pas ! Magique. Bref, cet album est trop joli pour s’en passer, allez-y sans hésiter.  Marie. Scénario. www.scenario.com.
•Un garçon et sa petite sœur arrivent à la campagne pour passer quelques jours chez leurs grands-parents. La grand-mère est gentille qui les emmène au marché du village mais le grand-père plutôt bougon. C’est lors d’une partie de pêche qu’ils vont découvrir que Pépé le ronchonneur sait aussi s’amuser avec ses petits-enfants. Les dialogues et les situations sont très simples mais le dessin plutôt inhabituel donne un peu d’originalité à cet univers familial. Il est vrai que l’enjeu du scénariste était d’écrire à la manière des enfants. Du coup, ceux-ci se retrouveront dans cette rédaction à leur image. Sélection du mois. décembre 2004. Dès 5 ans. CNDP. www.cndp.fr/actualites/
•Un petit peu de lecture jeunesse ne fait parfois pas de mal. Je viens de finir les cartoonesques aventures de Nävis dans son tome 2 mais il s’agit d’un tout autre genre que nous propose ces 2 prolifiques auteurs. Loic Dauvillier nous propose de retourner à la campagne, à la ferme des grand-parents… En 32 pages, nous allons traverser une gamme d’émotions que nous avions peut-être oubliées depuis que nous sommes adultes, mais pas seulement. Il y aura aussi des couleurs, des sentiments, des odeurs même. Un tour d’horizon de ces sensations qui ont un jour touché chacun d’entre nous… La joie du grand air et des espaces verts de la campagne, les odeurs particulières du fumier, du poulailler, de l’herbe humide, des fleurs, du bois de la table de la cuisine, de la cuisine de la mamie, du son du poste de télé… Des siestes imposées alors que seule la volonté de découvrir ce monde nouveau nous anime… Quelques peurs aussi, comme celle qu’inspire ce papy bougon, ours, qui, engoncé dans ses habitudes de vieillard, a en fait plus peur de ses petits-enfants qu’il n’en inspire lui-même… Un attachement fort qui le rendrait si malheureux au départ de ses têtes blondes adorées… Mais comme toute peur, pour peu que l’on veuille l’affronter, elle trouve son pendant dans un sentiment inverse proche du bonheur. Ici, c’est celui de découvrir un papy rieur, enjoué, énigmatique, fascinant… Une idole de notre jeunesse quoi ! Une partie de pêche, deux vers de terre, et voilà un moment magique de plus à ramener de ses vacances… Que serait cette histoire sans le trait de Marc Lizano ? Cet auteur talentueux place les ambiances idéalement pour renforcer l’histoire et tout ce qui en transpire de façon sous-entendue. Il a fait le choix de personnages aux têtes exagérément grandes mais sans que ça gêne aucunement la lecture. Un style qui pourrait devenir rapidement une référence et un signe de reconnaissance de son graphisme si particulier. Les albums orientés jeunesse ont de beaux jours devant eux quand on voit des albums de cette qualité, ou comme ceux de Sandrine Revel. Je fais allusion de manière peu innocente à cette superbe demoiselle car il m’a semblé, mais peut-être suis-je le seul à avoir perçu ça comme ça, que la page 7 comporte un clin d’œil aux personnages fétiches de la talentueuse bordelaise (dans la famille Diablo, je voudrais … Juliette »). Me trompe-je ? Peu importe en fait… La magie opère… Et quand on sait que je n’ai jamais eu de grand-parents à la campagne, ou ça prouve que mon avis est fantasmé (mais pas tant parce que j’en ai connu quand même des vacances à la campagne !), ou bien que c’est vraiment touchant… Je vous laisse seuls juges… ;o) Coacho. Bulle d'air.

carabas_famille01_p01 carabas_famille01_p02 carabas_famille01_p03 carabas_famille01_p04carabas_famille01_p05carabas_famille01_p06La suite des histoires de cette petite famille se déroule toujours à la ferme. Nous sommes toujours dans un registre nostalgique qui fonctionne… Amour, découverte, adoration, les yeux plein d’étoiles… Mais aussi la prise de conscience de l’existence de la fragilité, de la responsabilité, de la culpabilité, , de la mort même… Cette histoire lève le voile sur la jeunesse de Papy qui était affublé du délicat sobriquet de « Biquet »… Avec une séquence rétro de projection de film super 8 (et son fameux clac clac clac quand la bobine se déroulait), on découvre le formidable jeune homme qu’il était. On continue l’exploration de ces choses qui fleurent bon à l’évocation de jeux comme le Nain Jaune, ou aux bonnes tartines de confiture qui dégoulinent. Une fois encore, ça fait mouche, ça touche, et avant la fin de l’envoi ! L’envoi, ou coup d’envoi, tiens ! Loic Duvillier aime le football, celui de la même époque, du « Mundial », qui laisse présager de bonnes choses… ;o) En tout cas, cette justesse ton est encore très agréable à lire et avec toujours un dessin magnifique. Nous aurons droit à un 3° et dernier tome, et nul doute qu’il sera du même acabit. Coacho. Bulle d'air.
•Lors d'un déjeuner dominical chez son pépé et sa mémé, le petit héros est étonné d'entendre son oncle appeler son pépé "Biquet". Et il n'est pas au bout de ses surprises : non seulement, pépé a été jeune mais en plus, il était champion de foot ! Un joueur tellement rapide que les supporters l'ont baptisé "Biquet". La journée se termine par un match de foot mais pépé ne court plus aussi vite… C'est un véritable plaisir de retrouver les personnages de la série "Petite famille" et surtout le graphisme si particulier de Marc Lizano. Un deuxième tome aussi frais et réjouissant que le premier… où comment deux auteurs arrivent avec simplicité et talent à illuster les "affres" de la vieillesse mais aussi la tendresse qui unit tous les membres de cette famille. Stéphanie Bund. Conseil général 68.

carabas_famille02_p12carabas_famille02_p14carabas_famille02_p13carabas_famille02_p15carabas_famille02_p16

lpf_xl_amiens2008Au festival d'Amiens, les auteurs invités réalisent un ex-libris à chacunes de leur venue. Après avoir réalisé le 2007 sur l'île aux trente cercueils, je choisi la petite famille pour 2008, année de l'exposition consacrée à la série.