Deux jours de suite à l'école municipale de Roz-sur-Couesnon, à deux pas du Mont St-Michel, c'était une rencontre qui était prévue depuis maintenant plus d'un an. Quelques années à faire des interventions dans les écoles m'ont appris deux choses : Il n'y a pas deux classes pareilles, ce qui signifie de grandes disparités dans les capacités de dessin des enfants. Et il n'y a pas deux maîtres pareils non plus, et cela vaut aussi pour les maîtresses bien-sûr.
Parfois, c'est très préparé et je prends un grand plaisir à répondre aux salves de questions des enfants, pour qui cette visite est comme la récompence de plusieurs séances de travail autour d'un livre ou d'un auteur. Parfois, ce n'est pas préparé du tout, mais, avec un peu d'expérience, c'est une chose qui ne me stresse plus. Je m'adapte et j'improvise moi-aussi… J'ai dans ma besace une palanquée de petits exercices et, une fois les présentations faites, c'est un vrai bonheur de voir les enfants prendre leurs crayons…
Alors, pour ces deux petites journées, après un petit voyage matinal en train dans la campagne bretonne, je découvre une petite école avec tous les niveaux, de la maternelle (les trois niveaux) à la primaire avec, pour certaines classes, des doubles niveaux qui nous poussent à organiser des petits ateliers en petits groupes, pour inventer les personnages, s'essayer à de petits exercices de narration, des petits ateliers de dessin guidé ou de petites séances de présentationdu métier ou de la création. Quand on est petit, se concenter ne serait-ce que 20 minutes, c'est long ! Alors, on varie les plaisirs…

roz01roz02roz07roz08roz03roz04roz05roz06
roz09roz10

Pour les plus petits d'entre eux, dessiner un simple rond pour éventuellement faire une tête relève soit de la mission impossible, soit du hasard, mais aussi parfois de belles découvertes. Et, comme c'est important que tou(te)s arrivent à réussir un dessin ou un strip, on passent parfois par des jeux narratifs en petits groupes. Là, comme à Cajarc avec Loïc Dauvillier, j'ai improvisé des petites scenettes (à peine influencé par moi ou la maîtresse) où les enfants pouvaient choisir et les personnages et leur petite histoire.

roz11roz12roz14

C'est parfois délicat de savoir ce que tout cela apporte aux enfants. ça en décomplexe certains qui (re)découvrent la simple joie de s'abandonner au dessin, ça en révèle d'autres… Au pire, ils attendent la récré pour finir un match ou une partie de marelle. Une seule chose est sûre, si je ne fais pas trop de journées comme celles-là, j'y prends en tout cas un grand plaisir, celui de la rencontre et aussi, j'espère, du partage d'une vraie passion…